Cicatrice chéloïde : la reconnaître et la faire disapraître

La famille des cicatrices se divise en plusieurs sous-catégories de cicatrices. Caractéristiques, aspects, facteurs d’apparition, traitements… chaque cicatrice doit bénéficier de soins adaptés. Les cicatrices chéloïdes n’échappent pas à la règle. Comment les reconnaître, limiter leur formation et les traiter ? Les réponses dans cet article dédié à la cicatrice chéloïde.

cicatrice chéloïde

Cicatrice chéloïde : définition

Une cicatrice chéloïde est une cicatrice en relief dont la pigmentation varie du blanc au brun, en passant par du rose ou du rouge. La particularité des cicatrices chéloïdes est qu’au lieu de se résorber, elles se propagent, d’où l’autre nom qu’on leur donne de cicatrices fibroprolifératives. Cette appellation résulte de la prolifération des fibroblastes, les cellules en charge de la fabrication du collagène.

En savoir plus…

Comment savoir si une cicatrice est normale ?

Comment se forme une cicatrice chéloïde ?

La formation des cicatrices chéloïdes s’explique par une production anormale de collagène lors du processus cicatriciel. Cet excès de tissu cutané crée une boule assez dure et de couleur rouge-brun. Pendant la cicatrisation, le nodule formé continue de grossir, de s’épaissir et peut s’étendre jusqu’à plusieurs centimètres.

À quel endroit du corps se forme une cicatrice chéloïde ?

L’autre caractéristique des cicatrices chéloïdes est leur localisation. En effet, elles ont plutôt tendance à se former au niveau des zones articulaires, où la peau est plus sollicitée et en tension. D’autres régions du corps sont propices à la formation de cicatrices chéloïdes :

  • les oreilles ;
  • le haut du dos ;
  • le sternum ;
  • les épaules (autour du muscle deltoïde).

Les causes d’une cicatrice chéloïde

Il faut un terrain favorable pour la formation d’une cicatrice chéloïde. Le processus cicatriciel varie selon le type de peau et de plaie. Quels sont les facteurs à risques et les signes qu’une cicatrice chéloïde se forme ?

Causes et facteurs de risques

Les causes d’une cicatrice chéloïde peuvent être nombreuses et difficiles à identifier en raison de la survenue tardive de celle-ci. Dans beaucoup de cas, les cicatrices chéloïdes apparaissent plusieurs mois et jusqu’à deux ans après la cicatrisation. Il n’est donc pas toujours possible de remonter à la cause réelle. Cependant, certaines plaies favorisent ce type de cicatrice :

  • l’acné ;
  • les incisions, qu’elles soient chirurgicales ou non ;
  • les piqûres d’insectes ;
  • une folliculite (infection des pores de la peau causée par des bactéries ou champignons, provoquant des éruptions de petits boutons rouges et des démangeaisons) ;
  • un zona (réactivation du virus de la varicelle chez un sujet l’ayant déjà contracté et qui touche principalement le thorax).

Il existe des facteurs à risques pour l’apparition de cicatrices chéloïdes. Le plus répandu est la pigmentation de la peau. Les peaux noires ont plus de risques de cicatrice chéloïde.

Certaines allergies et maladies héréditaires des tissus conjonctifs sont des prédispositions à la formation de cicatrices chéloïdes. C’est le cas notamment des syndromes de Marfan et d’Ehlers-Danlos.

Comment reconnaître une cicatrice chéloïde ?

Lorsqu’une cicatrice est encore épaisse, colorée ou boursouflée 18 mois après la lésion, on peut parler de cicatrice chéloïde. Les symptômes les plus courants dans ce type de cas sont l’extension de la cicatrice au-delà de la zone de lésion et sa dureté.

Pour autant, les cicatrices chéloïdes ne présentent pas toujours les mêmes caractéristiques et symptômes et ont l’inconvénient d’être évolutives. Au toucher, elles sont fermes et présentent un aspect boursouflé. Certaines sont lisses quand d’autres desquament. Elles sont brillantes la plupart du temps, voire luisantes dans certains cas.

Attention à ne pas confondre cicatrice chéloïde et cicatrice hypertrophique. La grande différence résulte dans le caractère prolifératif de la cicatrice chéloïde alors que la cicatrice hypertrophique est également proéminente mais se résorbe après quelques mois, sans pour autant disparaître.

 

Une cicatrice chéloïde peut provoquer une gêne, des douleurs et/ou des démangeaisons, entraînant alors des rougeurs si l’on se gratte.

Comment traiter une cicatrice chéloïde ?

Qu’elle soit douloureuse ou non, il faut traiter une cicatrice chéloïde. Une fois le diagnostic posé, un traitement adapté peut commencer. Quelles solutions s’offrent à vous pour traiter une cicatrice chéloïde ?

Traitement préventif des cicatrices chéloïdes

Dans un premier temps, il convient de traiter la cicatrice le plus tôt possible, si l’on présente un ou plusieurs des facteurs à risques précités. Cependant, à ce jour, aucun traitement préventif à l’efficacité avérée n’existe pour éviter la formation de cicatrices chéloïdes.

Traitement curatif des cicatrices chéloïdes

Même s’il n’est pas toujours possible d’influer favorablement sur une cicatrice chéloïde, il existe des traitements qui se révèlent efficaces. MaCicatrice dispose d’une large gamme de dispositifs d’aides à la cicatrisation ainsi que des produits cicatrisants efficaces. Ces dispositifs sont disponibles sans ordonnance mais il est conseillé de vous appuyer sur un avis médical pour bénéficier du traitement adapté à votre situation :

  • pansements siliconés compressifs : applicables sur des cicatrices récentes ou anciennes ;
  • patchs de gel cicatrisant : permettent de limiter l’apparition de cicatrices chéloïdes ;
  • gels et huiles cicatrisants : applicables sur les plaies refermées et idéal pour les peaux sensibles.

Pansements siliconés pour cicatrices chéloïdes

Les feuilles de silicone sont couramment utilisées pour atténuer les cicatrices chéloïdes. Le silicone médical contenu dans ces pansements siliconés aide à la cicatrisation en maintenant un environnement humide sur la cicatrice. Cette hydratation supplémentaire limite la prolifération des fibroblastes, responsables de la surproduction du collagène typique d’une cicatrice chéloïde.

En hydratant la peau, les pansements siliconés contribuent à améliorer l’apparence des cicatrices chéloïdes. Elles s’aplatissent et s’assouplissent pour un confort et une confiance en soi retrouvés.

Pressothérapie

La pressothérapie ou thérapie par compression consiste en l’utilisation de pansements compressifs peut aider à prévenir l’élévation excessive de la cicatrice et à en améliorer l’apparence. Il existe aussi des vêtements compressifs spécialement conçus pour atténuer les cicatrices trop marquées.

Corticothérapie : par application ou injection

Les corticoïdes peuvent être utilisés pour réduire l’inflammation et aplanir les cicatrices chéloïdes. Par injections ou par application cutanée via des crèmes ou des gels, ce traitement est généralement efficace pour les cicatrices plus petites.

Traiter une cicatrice chéloïde au laser

Les traitements au laser ciblent les tissus cicatriciels excessifs, favorisant une réduction de leur taille et de leur apparence. Les lasers peuvent également améliorer la pigmentation et la texture de la peau, rendant les cicatrices chéloïdes moins visibles au fil des séances.

La chirurgie pour soigner les cicatrices chéloïdes

Dans certains cas, la chirurgie peut être envisagée pour compléter les traitements de première ligne si la cicatrice chéloïde est toujours présente. Lors de l’opération, le chirurgien ôte la lésion à l’intérieur même de la cicatrice chéloïde. Pour autant, la chirurgie des cicatrices chéloïdes ne garantit pas de résultats optimaux. En effet, ce type de chirurgie est soumis à un fort taux de récidive des cicatrices.

Bon à savoir !

En complément de la chirurgie et uniquement dans certains cas, il peut être proposé au patient de pratiquer des séances de radiothérapie. Ce traitement aux rayons expose les cellules cutanées de la cicatrice à une forte énergie afin de les détruire.

Comment éviter les cicatrices chéloïdes ?

Pour éviter de tels traitements, il est possible d’agir en prévention de l’apparition d’une cicatrice chéloïde. L’hydratation de la peau, une protection solaire adaptée, des automassages réguliers ainsi qu’une alimentation équilibrée sont des facteurs favorables à une bonne cicatrisation. Même si certaines cicatrices chéloïdes sont inévitables, il est possible de les traiter pour en atténuer l’aspect et retrouver sa confiance en soi. MaCicatrice vous conseille et vend les meilleures solutions de cicatrisation du marché. Faites confiance aux experts !

Catégorie(s) : Actu